Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest et Haut-de-Seine

Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos

Rubrique des festivals de films sur l'Inde et venus d'IndeComme chaque année, l'auditorium du musée Guimet propose aux parisiens un été indien riche en spectacles et films de qualité avec, pour cette 8ème édition dix-sept films rares dont onze inédits reflétant la richesse du cinéma régional indien. De plus, plusieurs spectacles de musique classique et de danse classique indienne, kathak et bharata natyam sont proposés. Cette année l'Été indien de Guimet aura lieu du 7 septembre au 5 novembre et nous avons tous les détails utiles pour vous...


Partant de Calcutta avec Satyajit Ray et Rituparno Ghosh, Guimet vous invite dans le Bengale rural de Sandip Ray puis dans le Bihar avec Gautam Ghose avant de découvrir les régions peu connues de l’Assam et de Manipur à travers les films de Jahnu Barua et Aribam Syam Sharma. Le voyage se continue en Orissa avec un film rare de Susant Misra, puis au Tamil Nadu avec un film phare de K. Balachander puis dans un village du Karnakata et dans une communauté de pêcheurs avec Girish Kasaravalli, avant de poursuivre au Kerala avec Shaji Karun et Adoor Gopalakrishnan, pour remonter ensuite au Maharastra et parcourir Mumbai et  Dharavi. Du Gujerat revu par Mehboob Khan, le voyage se poursuit à Delhi sous le regard de Jahar Kanungo, avant de retourner dans les forêts poétiques et métaphoriques du Bengale de Buddhadeb Dasgupta.

Conférence

Vendredi 9 septembre 2011 à 12h15
Villes et villages
Conférence publique et gratuite
Martine ArmandPar Martine Armand, programmatrice cinéma de l’Eté indien
Pour la 8ème année consécutive, Martine Armand présentera sa  programmation mettant à l’honneur les cinémas régionaux indiens. Elle vous invitera à une traversée de l’Inde de villes en villages à la découverte de dix-sept films rares dont onze inédits, oeuvres à dimension sociale, poétique, politique et épique, reflétant les richesses linguistiques et culturelles de dix régions.

Cinéma

Mercredi 7 septembre 2011 à 12h15
La grande ville (Mahanagar)
Mahanagar
Fiction de Satyajit Ray
1963, 2h11’, VO bengali STF

Arati est l’épouse d’un modeste employé de banque qui a du mal à subvenir aux besoins de leurs deux enfants et de ses parents. Malgré la  réprobation de son beau-père, elle décide de chercher un travail. Premier film de Satyajit Ray entièrement tourné à Calcutta, c’est le portrait féministe et moderne d’une femme accédant admirablement au monde du travail, mais aussi le portrait d’une ville si chère au cinéaste.

D’après une nouvelle de Narendranath Mitra
Scénario et musique de Satyajit Ray.
Avec Madhabi Mukherjee, Anil Chatterjee, Jaya Bhaduri

Lundi 12 septembre 2011 à 12h15
Et ensuite (Subho Mahurat)
Fiction de Rituparno Ghosh
2003, 2h32’, VO bengali STF, inédit

Autrefois star de cinéma, Padmini revient à Calcutta après vingt ans pour aider son deuxième mari à réaliser un film. L’actrice Kakoli meurt le premier jour du tournage tandis que Mallika, une jeune journaliste, la raccompagne. Une autre mort suit. Mallika, qui séjourne chez sa tante Rangapishima à Calcutta, va mener son enquête...
D’après Agatha Christie

Avec Sharmila Tagore et Nandita Das

 

Subho Mahurat

Mercredi 14 septembre 2011 à 12h15
Le voyage interrompu (Uttoran)
Fiction de Sandip Ray
1993, 1h22’, VO bengali STF

Le docteur Chatterjee, médecin réputé de Calcutta, se rend à un séminaire dans une petite ville du Bengale. Alors qu’il traverse la campagne, son voyage est interrompu par la confrontation avec une autre réalité, celle du dénuement des paysans, mais aussi de leur courage. Dernier scénario original de Satyajit Ray qui succomba à une crise cardiaque avant de tourner ce film "testament" que son fils Sandip réalisa en gardant intactes la préparation et la distribution de son père.

Avec Soumitra Chatterjee dans le rôle principal.

Uttoran

 

Mercredi 21 septembre 2011 à 12h15
La traversée (Paar)
Fiction de Gautam Ghose
1984, 2h21’, VO hindi STF, inédit

Paar

Dans la région du Bihar, face aux actes d’injustice d’un riche propriétaire, un couple de pauvres travailleurs pacifistes en sont réduits à un meurtre. Pour échapper à la justice, ils doivent conduire un troupeau  de porcs et traverser une dangereuse rivière, malgré la grossesse avancée de la jeune femme. Film d’auteur au réalisme puissant, Paar est aussi une métaphore sur notre monde.

Avec Shabana Azmi, Naseeruddin Shah, Utpal Dutt, Om Puri, Mohan Agashe

Vendredi 23 septembre 2011 à 12h15
Konikar Ramdhenu
Fiction de Jahnu Barua
2002, 1h52 ‘, VO assamais STF, inédit

Konikar RamdhenuKukoi a 11 ans lorsqu’il quitte son village de l’Assam pour aller travailler en ville. Le propriétaire du garage qui l’emploie tente d’abuser du jeune garçon, qui le tue pour se défendre. Envoyé dans un centre de détention pour mineurs, Kukoi s’enferme dans le silence. Biswa Boro, le responsable du centre, découvre la vérité et le jeune garçon est innocenté. Un jour, Biswa va voir Kukoi dans son village...


Avec Bishnu Kharghoria, Moloya Goswami, Ronik, Dinesh Das...

Dernier volet de la trilogie Xagoroloj Bohu Door (Un jour tu verras la mer, 1995) et Pokhi (1998) de Jahnu Barua, cinéaste emblématique du cinéma d’auteur de l’Assam.

Lundi 26 septembre 2011 à 12h15
Ishanou
Fiction d’Aribham Syam Sharma
1990, 1h34’, VO manipuri STF, inédit

IshanouUne famille mène une vie harmonieuse dans la vallée de Manipur. Un jour, la jeune épouse semble être devenue possédée par la divinité Maibi. Ses visions la pousse à quitter son foyer à la recherche de son guru. La  danse sera la réponse finale à sa quête. Le cinéaste (et musicien) Aribham Syam Sharma, tête de file du cinéma d’auteur manipuri, scrute ici en profondeur l’influence des phénomènes religieux et parareligieux dans  la société indienne contemporaine d’une région très peu connue.

Avec Kiranmala, Tomba, Manbi, musique originale du réalisateur Aribham Syam Sharma.

Sélection au festival de Cannes 1991 dans la catégorie Un certain regard.

Mercredi 28 septembre 2011 à 12h15
Les Ombres de l’arc-en-ciel (Indradhanura chhai)
Fiction de Susant Misra
1993, 1h52’, VO oriya STF, inédit

Indradhanura Chhai (Les Ombres de l'arc-en-ciel)A Bhubhaneswar, trois femmes font face au choix conflictuel entre tradition et modernité, tout comme la ville aux temples millénaires. Vijaya est une jeune veuve n’osant pas affronter ses sentiments pour un instituteur, Sonia se pose la question de la féminité, Nila est âgée et vit seule. Film aux images poétiques, au rythme méditatif et aux sentiments exprimés avec subtilité, Indradhanura chhai fut sélectionné en  compétition pour la caméra d’or au festival de Cannes 1994.

Avec Robin Das, Vijaini Misra, Surya Mohanthy

Lundi 3 octobre 2011 à 12h15
Thanneer, thanneer
Fiction de K. Balachander
1981, 2h23’, VO tamoul STF, inédit

Thanneer, thanneer

Un village au sud du Tamilnadu est frappé de sécheresse et il faut aller chercher l’eau à plus de 30km. Les villageois tentent par tous les moyens de faire venir de l’eau mais se heurtent à la corruption des politiciens. Ils décident alors de boycotter les élections. Film réaliste du grand cinéaste et dramaturge K. Balachander dont l’œuvre souvent engagée compte plus de 50 films.

Avec Saritha, V.K. Veeraswami, Shanmugham

Mercredi 5 octobre 2011 à 12h15
La Chevauchée du rêve (Kanasembo Kudereyaneri)

Fiction de Girish Kasaravalli
2010, 1h45’, VO kannada STF, inédit

Dans un village reculé du Karnataka de nos jours, le vieux Gowda vit dans sa grande demeure traditionnelle avec son fidèle serviteur. Son fils qui vit en ville lui rend visite accompagné de son épouse et de leur fille. Irya, le fossoyeur du village, et son épouse Rudri ont leurs propres croyances et leurs rêves prémonitoires peuvent annoncer une mort prochaine au village s’ils voient Siddha, le saint homme qu’ils vénèrent. Mais le serviteur de la grande demeure ne veut pas tenir compte de ces rêves.

Kanasembo Kudereyaneri

Vendredi 7 octobre 2011 à 12h15
Le serviteur de Kali (Nizhalkkuthu)

Fiction d’Adoor Gopalakrishnan
2002, 1h32’, VO malayalam STF

Le Serviteur de KaliNous sommes dans les années 40, dans l’état princier de Travancore au sud de l’Inde (aujourd’hui le Kerala). Le bourreau de l’état princier vit reclus dans un village éloigné. Ses privilèges ne suppriment pas son sentiment de culpabilité. Selon la coutume, la fonction se transmet de père en fils. Or le fils du bourreau, qui soutient Gandhi et la lutte pour l’indépendance du pays, s’y refuse. Adoor Gopalakrishnan, immense figure du cinéma du Kerala à qui l’Eté indien a rendu hommage en 2009 en présentant plusieurs de ses films inédits, nous propose ici un film en forme de parabole offrant plusieurs niveaux de lecture.

Lundi 10 octobre 2011 à 12h15
La naissance (Piravi)
Fiction de Shaji Karun
1988, 1h40’, VO malayalam STF

Le vieux Chakyar attend désespérément chaque jour le retour de son fils Raghu, parti pour un entretien à Trivandrum. Son épouse et sa fille institutrice vivent avec lui dans une maison traditionnelle du Kerala, isolés du monde moderne. Chakyar s’aventure un jour à Trivandrum, à la recherche de son fils. Inspiré d’un fait réel, le premier film de Shaji Karun fut remarqué au festival de Cannes pour son lyrisme et sa profondeur.

Avec Premji, Archana, Lakshmiamma

{youtube}Is4YvEaluTs{/youtube}

 

Mercredi 12 octobre 2011 à 12h15
Gulabi Talkies
Fiction de Girish Kasaravalli
2008, 2h02’, VO kannada STF, inédit

Gulabi TalkiesGulabi est sage-femme dans une petite île de pêcheurs. Fascinée par le cinéma, elle ne rate jamais un film dans la ville la plus proche. Gulabi reçoit un jour une télévision et sa maison se transforme alors en un  cinéma ("Talkies") où tout le village se retrouve. Avec finesse et humour, le film évoque l’impact de la télévision dans une communauté de pêcheurs de la côte du Karnataka, avec en toile de fond les enjeux du commerce mondial et les tensions communautaires au début du XXIème siècle.

Avec Umashree, Krishnamurthy, M.D. Pallavi

Primé au Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul en 2009.

Mercredi 19 octobre 2011 à 12h15
L’esprit gardien de la maison (Vaastupurush)

Fiction de Sumitra Bhave et Sunil Sukthankar
1990, 2h35‘, VO marathi STF, inédit

DharaviLe Docteur Deshpande est aujourd’hui un médecinréputé. Il retourne dans son village du Maharastra où sa maison familiale est en ruines. Le passé ressurgit, et il se souvient des circonstances dans lesquelles il partit étudier à Mumbai. Cette chronique d’une famille sur quatre générations soulève des questions importantes : valeur des idées gandhiennes après l’indépendance, place des femmes à la fin d’une époque et au début d’une ère sociale nouvelle…
Avec Sadashiv Amrapurkar, Uttara Baokar, Atul Kulkarni…


Remplacé par

Thanneer, thanneer
Fiction de K. Balachander, 1981, 2h23’, VO tamoul STF, inédit

 

Un village au sud du Tamilnadu est frappé de sécheresse et il faut aller chercher l’eau à plus de trente kms. Les villageois tentent par tous les moyens de faire venir de l’eau mais se heurtent à la corruption des politiciens. Ils décident alors de boycotter les élections.
Film réaliste du grand cinéaste et dramaturge K. Balachander dont l’œuvre souvent engagée compte plus de 50 films.
Avec Saritha, V.K. Veeraswami, Shanmugham…

 

Vendredi 21 octobre 2011 à 12h15
Dharavi

Fiction de Sudhir Mishra
1991, 1h41’, VO hindi STF, inédit

Rajkaran Yadav arrive à Dharavi, l’immense bidonville de Mumbai, avec sa femme Kusum et sa mère. Il devient chauffeur de taxi et oublie la dureté du quotidien en rêvant à l’actrice superstar Madhuri Dixit. Mais la réalité de la mafia le rattrape et l’optimisme de Yadav est mis à rude épreuve. Dès la séquence d’ouverture du film, Sudhir Mishra intègre des éléments surréalistes qu’il développe ensuite, comme l’oscillation du héros entre rêve et réalité, et opte pour un style narratif personnel libéré des conventions cinématographiques du réalisme.

Avec Om Puri, Shabana Azmi, Raghuvir Yadav, Madhuri Dixit

Lundi 24 octobre 2011 à 12h15
Mother India
Fiction de Mehboob Khan
1957, 2h32’, VO hindi STF

Mother IndiaRadha se souvient du passé : son mariage avec Ramu et son arrivée au village, la naissance de leurs deux fils qu’elle dut élever seule, le rude combat contre l’usurier qui s’empara de ses terres hypothéquées. Mère courage incarnant les valeurs morales et l’honneur, Mother India est un fleuron de l’âge d’or du cinéma populaire. Sa représentation du monde rural influença un grand nombre de films indiens et ses chansons continuent encore d’être fredonnées.

Musique de Naushad
Avec Nargis, Sunil Dutt, Raaj Kumar

Mercredi 26 octobre 2011 à 12h15
Toucher le silence (Nisshabd)
Fiction de Jahar Kanungo
2005, 1h32’, VO hindi et bengali STF, inédit

Toucher le silence (Nisshabd)Sarit, la trentaine, commercial à New Delhi, ressent une inexplicable intolérance au bruit. Hauts parleurs, bruits de voisinage, embouteillages et même cultes religieux lui rendent la vie impossible. Son besoin de silence le décide à retourner dans son village natal du Bengale…

Avec K. Chakraborty, T. Banerjee, Rabi Shankar …

Premier film de fiction de Jahar Kanungo, coproduction franco-indienne, Coup de cœur du jury Guimet et Prix spécial Langues’O au Festival International des Cinémas d’Asie de Vesoul en 2006.

Vendredi 28 octobre 2011 à 12h15
L’esprit gardien de la maison (Vaastupurush)
Fiction de Sumita Bhave et Sunil Sukthankar
1990, 2h35‘, VO marathi STAnglais, inédit

Le Docteur Deshpande est aujourd’hui un médecin réputé. Il retourne dans son village du Maharastra où sa maison familiale est en ruines. Le passé ressurgit, et il se souvient des circonstances dans lesquelles il partit étudier à Bombay. Cette chronique d’une famille sur quatre générations soulève des questions importantes : valeur des idées gandhiennes après l’indépendance, place des femmes à la fin d’une époque et au début d’une ère sociale nouvelle…
Avec Sadashiv Amrapurkar, Uttara Baokar, Atul Kulkarni…

Vendredi 28 octobre 2011 à 20h30
Soirée de clôture
Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservation conseillée au 01 40 73 88 18

A l’abri de leurs ailes (Charachar)
Fiction de Buddhadeb Dasgupta
1993, 1h24’, VO bengali STF

Lakha capture des oiseaux dans les forêts du Bengale pour des vendeurs qui le paient mal. C’est aussi un rêveur qui aime les relâcher pour les voir s’envoler. Il part en vendre à Calcutta, où il constate leur 
triste sort. Cette fable poétique nous interroge sur notre rapport à la réalité, l’harmonie entre l’acte et la pensée, l’être et le paraître. Pour Buddhadeb Dasgupta, le monde de Lakha est celui de l’artiste refusant tout compromis avec le monde qui l’entoure.

Avec Rajit Kapoor, Laboni Sarkar…
Sélection officielle au festival de Berlin 1995, Prix du public de Fribourg 1995, Grand prix du festival de Fukuoka 1995

A l'abri de leurs ailes (Charachar)

Musique et danse

Vendredi 16 et samedi 17 septembre 2011 à 20h30
Rama Vaidyanathan
Danse bharata natyam (Inde du sud)

Accompagnée par K. Sivakumar (nattuvangam), Indu Nair (chant), Arun Kumar (mridangam), Viju Sivanand (violon)
Formée par la danseuse classique Yamini Krishnamurty et par l’éminent gourou Saroja Vaidyanathan, Rama Vaidyanathan est devenue une des danseuses classiques les plus talentueuses et les plus célèbres en Inde. Ceux qui l’ont vu danser ont été frappés par son approche unique et novatrice de la danse. Rama sait allier traditions et principes fondamentaux du bharata natyam à son propre style moderne, engagé et imprégné de spiritualité. En 20 ans de carrière, Rama a en effet insufflé une très grande dimension spirituelle à ses chorégraphies et son interprétation, empreinte de dévotion, ne laisse jamais indifférents les spectateurs. Pour Rama Vaidyanathan, danser est plus qu’un métier. C’est à la fois une recherche intérieure, un moyen de trouver une certaine vérité mais aussi de soulever de vraies questions, celles qui préoccupent l’humanité. Rama Vaidyanathan, à travers le bharata natyam, est artiste, citoyenne et militante pour une paix mondiale.

 

Rama Vaidyanathan

"Le grand peintre Maharaja Ravi Varma a dû avoir en tête quelqu’un ressemblant à Rama Vaidyanathan quand il a peint le portrait de Shakuntala. Je n’exagère pas… Elle est une artiste créative, sans cesse explorant de nouvelles vues dans la chorégraphie."
The Statesman, Shri P.V. Subramaniam (Subudu)

"Rama doit être classée parmi les cinq talents les plus notables de la fin du siècle. Son intensité foudroie littéralement le spectateur."
The Hindustan Times, Shanta Serbjeet Singh

Vendredi 30 septembre 2011 à 20h30
G.S. Rajan
Flûte (Inde du sud)

Accompagné par Kumbakonam N. Padmanaban (mridangam) et Anjana Rajan (tanpura)
Qualifié par la revue Apoorva Ragam de "Venuga sudaroli" (le maître de la flûte), G.S. Rajan a étudié très jeune la musique classique de l’Inde du sud, auprès de ses parents puis au sein du Kalakshetra de Madras, sous la direction personnelle de sa regrettée fondatrice Rukmini Devi Arundale. Chanteur, il a développé les subtilités mélodiques de l’art vocal auprès de M.D. Ramanathan et Pudukode Krishnamurthi, puis s’est  initié à la flûte auprès de H. Ramachandra Sastri, un des derniers représentants du Sarabha Sastri Baani. L’expression créative de Rajan, sur presque trois décennies, a pris diverses formes musicales. Il a composé de nombreuses chansons en hindi, malayalam et tamoul, écrit pour la musique chorale, mais aussi des bhajans, des chants dévotionnels ou des musiques de films… Flûtiste virtuose, il s’est produit partout en Inde et  à travers le monde, France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, l’ancienne Union Soviétique, Russie, Chine, Allemagne, Hongrie, Belgique, Luxembourg, Etats-Unis et Emirats Arabes Unis. Sa maîtrise de la musique carnatique, ses compositions inspirées en font aujourd’hui l’un des maîtres incontestés du genre. Finesse des mélodies, force des émotions, un concert de G.S. Rajan est toujours d’une intensité inoubliable.

Interview de GS Rajan

 

GS Rajan

Vendredi 14 octobre 2011 à 20h30
Sougata Roy Chowdhury et Prabhu Edouard Sarod et tabla

Sougata Roy Chowdhury compte parmi les plus admirables musiciens de sa génération, tant sa douceur de jeu est saisissante. En octobre 2011 2010, il s’est ainsi vu sélectionné par le Saptak Music Festival d’Ahmedabad comme l’un des dix meilleurs jeunes artistes de la décennie. Né dans une famille d’artistes bengalis, Sougata grandit dans la petite cité de Shantiniketan, fondée par le poète Rabindranath Tagore. Il débute le luth sarod à l’âge de dix ans auprès d’Ustad Dyanesh Khan, fils de l’illustre Ali Akbar Khan, puis après la disparition de son maître, auprès du non moins célèbre Ustad Aashish Khan, second fils de ce dernier. Il développe enfin les subtilités de son art sous la direction de Santosh Banerjee, joueur de sitar et de surbahar. Entre 2000 et 2002, il reçoit une bourse de musique classique hindoustanie instrumentale du Département de la Culture du Gouvernement indien. La même année, il est primé par The Pandit Ravi Kichlu Foundation Golden Talent Contest. En 2006, la All India Radio le classe parmi les meilleurs artistes de la scène contemporaine.

{youtube}-8sNo2kMi8I{/youtube}

"L’agilité d’araignée de ses doigts module alors, avec de précises palpitations, le faisceau des résonances ; il laisse mourir le son, tout en le sculptant encore jusqu’à sa mort, jusqu’au silence. Et, croit-on, il continue à sculpter le silence. A ce moment, la musique devient presque visible autour du musicien ; ses doigts semblent manier des veines lumineuses et silencieuses."
René Daumal, Sur la musique hindoue


Vendredi 4 novembre 2011 à 20h30
Rassa Par l’ensemble Jhankar
Danse Kathak

Avec Maitryee Mahatma (danse kathak), Nabankur Bhattacharya (tabla), Christian "Kiane" Fromentin (gheychak), Philippe Gauby (sitar)
L’Ensemble Jhankar s’enracine dans l’art ancestral du kathak (littéralement : celui qui raconte). Ce spectacle alterne le conte dansé et la virtuosité des compositions rythmiques. Il évoque toutes les subtilités des émotions dans un langage chorégraphique unique où chaque regard, chaque geste transporte le spectateur vers le ravissement du Rassa. Les courbes de l’archet, la fluidité des mouvements de doigts du tabliste et les mains survolant le manche du sitar se nouent intrinsèquement aux pas de la danseuse. Maitryee Mahatma est disciple de Birju Maharaj, l’un des plus grands maîtres du genre. Danseuse et chorégraphe, elle confronte tradition et modernité dans ce spectacle hors normes. Nabankur Bhattacharya, disciple du merveilleux tabliste Anindo Chatterjee, a accompagné les plus grands artistes indiens. Christian «Kiane» Fromentin, musicologue, violoniste et compositeur, a adopté le gheychak indo-persan (cousin du sarangi) aux sonorités bouleversantes. Philippe Gauby enfin, guitariste de formation, s’est tourné depuis bientôt 13 ans vers le sitar et s’est formé auprès de Sudhesna Bhattacharya.

Samedi 5 novembre 2011 à 20h30
Hommage à Rabindranath Tagore
L’offrande lyrique

Par l’ensemble Jhankar et ses invités
Avec Maitryee Mahatma (danse kathak et chant),
Madhubanti Sarkar (chant), Nabankur Bhattacharya (tabla), Christian «Kiane» Fromentin (gheychak), Philippe Gauby (sitar), Morgane Tréheux (lecture des poèmes de Tagore)

"Une pensée hante mon esprit comme ces buées qui rasent les prairies ; Elle se mêle aux murmures de l’eau, aux soupirs lassés des brises. J’imagine avoir déjà vécu dans l’infini des choses de ce monde, Et qu’à cet  infini j’ai donné mes amours et mes douleurs !"
R. Tagore

C’est à l’occasion du 150ème anniversaire de Rabindranath Tagore (1861-1941) que l’Ensemble Jhankar choisit de lui rendre cet hommage. Compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe bengali, le Prix Nobel de littérature 1913 a laissé derrière lui une œuvre de portée universelle. A partir de textes issus de l’œuvre poétique de Tagore, mais aussi de ses chants (Rabindrasangeet), Jhankar a construit ce spectacle autour d’arrangements et de compositions originales. Poésie, musique et danse se mêlent, fusion d’influences orientales et occidentales, à l’image de la vie du maître qui fut aussi l’ami de Yeats, Romain Rolland, Henri Bergson, Albert Einstein. Les quatre complices de Jhankar se sont associés dans cette aventure à Madhubanti Sarkar, disciple de Santanu Bhandyopadhyay de la Vishunupur Gharana et Dalia Rahut de la Benares Gharana, mais aussi à la comédienne, chanteuse et metteur en scène Morgane Tréheux qui prêtera sa voix aux œuvres du poète. Une célébration virtuose, pleine de ferveur et d’émotion.

Combien ?
Cycles de films Été Indien
Entrée libre pour les détenteurs du billet du musée ou du billet jumelé (musée/exposition), pour les
membres de la SAMG, les demandeurs d’emploi et les moins de 26 ans
- Autres : 5€
- Ou abonnement aux cycles de films Eté Indien ou Mille et une îles : 30€

Spectacles
- Plein tarif 17€ ou tarif réduit 12€ (pour les membres de la SAMG, les demandeurs d’emploi et les moins de 26 ans)

Vendredi 28 octobre 2011 : Séance de clôture, entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservation conseillée au 01 40 73 88 18

Où ?
Auditorium du musée Guimet
6 place d’Iéna - 75016 Paris
www.museeguimet.fr
Métro : Boissière ou Iéna

{mosmap width='460'|height='300'|address='6 place d’Iéna - 75016 Paris'|text='Auditorium du musée Guimet'|tooltip='6 place d’Iéna - 75016 Paris'|zoomNew='0'|overview='0'|marker='1'|align='center'}
Carte intégrée - Vous pouvez la déplacer à l'aide de votre souris, mais aussi changer le zoom et le type de vue (Plan, Satellite ou Earth)