Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest et Haut-de-Seine

Le Kaveri - Haute gastronomie indienne à Paris Ouest

Shanti Travel - Agence de voyage spécialisée sur l'Inde et l'Asie du Sud - Demande d'infos

Rubrique de la littérature IndePrésenté comme un roman policier, La couleur de deuil de Ravi Shankar Etteth, directeur du magazine indien Spice, tente de renouveler le genre en se concentrant sur des protagonistes qu'il enferme, en nombre restreint, dans l'antichambre de celle avec qui ils semblent tous avoir passé un pacte : la mort...

la_couleur_du_deuil_iapSur l'énoncé d'un tel objectif, les poils se dresse et l'adrénaline se prépare à couler à flot. Les personnages sont en place. Caricaturaux à souhait, on a Jay Samorin, maître de l'enquête et du Kalaripayatt, art martial indien séculaire à l'origine du karaté (notez la similitude des sonorités), détective bon teint qui se présente comme le "profiler" du mal, Anna Khan, jeune policière impitoyable avec les terroristes kashmiri qui lui rappellent ceux qui ont émasculé son défunt mari après l'avoir tué, Dhiren Das, sculpteur jet-setteur et étrangleur notoire d'animaux en tous genres, et quelques autres dont l'insignifiance n'appelle aucune évocation.

Tout est en place pour le grand frisson qu'on est en droit d'attendre d'un titre pareil. Une première enquête, bouclée en trois pages, nous plonge ensuite pendant des dizaines d'autres dans des descriptifs à n'en plus finir de personnages sans grand intérêt. Vient ensuite l'histoire dans l'histoire, du père de notre détective, lui-même héro de guerre condamné à la pendaison pour un meurtre dont on le pressent innocent, et l'on se traîne péniblement jusqu'à une fin qui nous soulage de la mission de terminer 18€ de platitudes. Même les veuves sollicitées en grand nombre dans leur citadelle de Vrindavan, peinent à nous émouvoir.

En conclusion, un bel effort d'originalité qui pèche par un manque de maîtrise du ressort dramatique. Idem pour des personnages à qui l'auteur aurait certainement souhaité donner plus de consistance sans jamais y parvenir. L'ensemble se lit mais ne génère ni émotion, ni cette subtile dépendance qui nous lie à un bon polar jusqu'à son dénouement. Vraiment dommage.

Lire un extrait du livre

Titre : La couleur du deuil
Auteur : Ravi Shankar Etteth
Traducteur : Étienne Menenteau
Editeur : Liana Levi
Date de publication : 03/2007
Catégorie : Roman

Pagination : broché, 252 pages

ISBN : 978-2867464393

Prix : 18€ (17.10€ à la boutique indeaparis.com)